Sélectionner une page

La coopération entre acteurs scientifiques et acteurs de la gestion intégrée de l’eau

Face aux enjeux d’amélioration de la qualité de l’eau, une prise en compte de toutes les formes de connaissances, à la fois scientifiques et émanant des expériences du terrain, est nécessaire pour agir de manière efficace. Cela doit passer par la mise en place de formes de concertation et de coopération profondes entre les acteurs de la Gestion Intégrée de l’Eau par Bassin Versant (GIEBV) et les scientifiques afin de partager les problèmes et de co-construire les réponses pouvant être apportées.

Mais, il s’agit là d’un exercice difficile car les objets et les échelles spatio-temporelles des acteurs de la GIEBV (besoin de solutions opérationnelles localisées à court terme, qui laisse peu de place à la veille scientifique et au dialogue avec les chercheurs) et des scientifiques (organismes de tutelle engagé souvent dans de la recherche fondamentale de longue haleine et à une échelle internationale) ne coïncident pas toujours. De plus, le dialogue et l’intercompréhension sont compliqués à instaurer (sémantiques différentes).

Dans ce contexte, il est donc important de bien réfléchir aux processus permettant d’impliquer les acteurs de la GIEBV et les scientifiques dans les travaux menés dans le cadre du Creseb et dans les différentes étapes de co-construction des réponses.

 

Etude – diagnostic des coopérations acteurs – chercheurs dans le domaine de l’eau en Bretagne proposée par le Collège Coopératif en Bretagne.

Le Collège Coopératif en Bretagne (CCB) méne des travaux de recherche action dans le domaine de l’appropriation des sciences, le Collège Coopératif en Bretagne a souhaité faire du Creseb un cas d’étude. Par le biais d’un conventionnement avec la Région Bretagne, établissement support du GIS, le CCB apportera des éléments de réflexion et de méthode pour la mise en place de collaborations acteurs scientifiques – acteurs de la GIEBV au sein du GIS.

Pour + d’infos : télécharger le rapport du Collège Coopératif en Bretagne « Les coopérations acteurs – chercheurs, l’exemple de la qualité de l’eau en Bretagne ».

De l’incertitude scientifique à la décision politique

Les politiques de l’eau s’inscrivent dans un contexte de changement global. Le climat, mais aussi la croissance démographique, les évolutions économiques, l’urbanisation et l’occupation de l’espace impliquent pour le gestionnaire de la ressource en eau de prendre en compte l’ensemble de ces interdépendances, mais aussi de nombreuses incertitudes notamment scientifique.

Un séminaire a été organisé lors du CGLE 2016 pour examiner comment les incertitudes sont appréhendées dans la démarche scientifique en tant que telle (partie 1) et dans la construction des politiques publiques (partie 2)

Des exemples de coopérations entre acteurs opérationnels et acteurs de la recherche

Exemple de la coopération entre acteurs scientifiques et de terrain : « Comment aborder le Débit Minimum Biologique dans la gestion quantitative de la ressource en eau ? »

Actes du colloque dédié à la coopération acteurs – chercheurs lors de 14ème édition du CGLE (2013)

  • Le projet ECOESTUA – Marie CZAMANSKI du réseau EcoFlux, Hélène LAGUERRE d’Agrocampus Ouest et Anne-Sophie BLANCHARD animatrice du SAGE de l’Odet
  • Le projet GAETAN – Jean-Baptiste NARCY, chef de projet à l’AScA
  • Le projet ACASSYA – Laurent RUIZ, ingénieur de recherche à l’INRA / Jean-Claude LAMANDE et Bénédicte LEBREF, du bassin versant de la Lieue de Grève
  • Table ronde : Véronique VAN TILBEURGH, sociologue à l’Université Rennes 2, Anouck HUBERT, représentant la plateforme PERISCOPE de l’Institut Universitaire Européen de la Mer, Denis BAILLY, chercheur à l’Université de Bretagne Occidentale et Jean-Baptiste NARCY, chef de projet à l’AScA.