Sélectionner une page

Cyanobactéries : suivis et actions conduites dans les plans d’eau en Bretagne

Sur le bassin Loire Bretagne, seuls 19% des plans d’eau sont en bon ou très bon état écologique, 57% sont en état écologique moyen et 24% en état médiocre ou mauvais (Etat 2013 des masses d’eau du bassin Loire Bretagne, 2013). Le principal facteur déclassant est l’excès de nutriments, en particulier de phosphore, qu’ils soient apportés par les affluents ou déjà stockés dans les sédiments. La problématique des blooms à cyanobactéries est prégnante dans bon nombre d’entre eux et conduit à des interdictions d’usages plus ou moins régulières.

La restauration du bon état écologique des plans d’eau apparaît comme particulièrement complexe, mêlant des aspects biophysiques et socio-économiques. L’action de restauration se joue à la fois au niveau du bassin versant, dans une optique préventive et de long terme, mais aussi au niveau des plans d’eau dans une optique curative à plus court terme. Les actions préventives pour réduire les excès et les transferts de nutriments vers les cours d’eau et plans d’eau sont assez bien connues et privilégiées dans les programmes de reconquête de la qualité de l'eau. Toutefois, il existe des cas où les usages associés aux plans d'eau (alimentation en eau potable, activités de loisirs) amènent les gestionnaires à prendre des mesures supplémentaires au sein du plan d'eau pour le contrôle ou l'atténuation des efflorescences afin de répondre aux exigences de la réglementation sanitaire en vigueur.

La journée d’échange entre scientifiques et acteurs des territoires, organisée en 2017 par le Creseb sur le thème des proliférations de cyanobactéries dans les eaux douces en Bretagne, [lien vers http://www.creseb.fr/journee-scientifique-et-technique-proliferations-de-cyanobacteries-en-bretagne] avait permis de dégager trois axes d’études et de collaboration :

- Axe 1 : Mieux comprendre les phénomènes biophysiques : la notion de temps de restauration des écosystèmes d’eau douce touchés par l’eutrophisation
- Axe 2 : Créer des espaces de dialogue commun entre gestionnaires, entre chercheurs et gestionnaires-chercheurs
- Axe 3 : Mieux comprendre la relation plan d’eau-société : la gestion territorialisée des usages : intérêt, applicabilité et limites

Dans le cadre de l’axe 2, le besoin de mieux partager les informations et expériences relatives aux actions menées localement nous a amené à réaliser un travail d'enquête à l'échelle de la Bretagne pour recenser 1) les informations disponibles dans le cadre de la surveillance des cyanobactéries et 2) les études locales et actions de gestion et de remédiation mises en œuvre ou expérimentées au sein des plans d'eau pour maitriser/contrôler la prolifération des cyanobactéries. Ceci a été réalisé en 2018 par Diane OLIVIER dans le cadre d‘un stage de Master2 - GHBV, gestion intégrée des habitats et bassins versants, Université Rennes 1- Mémoire de stage.

La synthèse, issue de ce stage et des discussions avec le groupe de travail mis en place à cette occasion, résume les principales informations recueillies et dégage des propositions pour mieux guider le choix et l’encadrement des actions locales de remédiation et pour mutualiser les données, les retours d'expérience et les connaissances des différents acteurs concernés (gestionnaires, responsables administratifs, experts scientifiques, …).