Sélectionner une page

Les facteurs du changement en agriculture

 

Aujourd’hui, les questions environnementales constituent le principal canal par lequel les non agriculteurs vont interroger la pratique des agriculteurs.

La thématique du changement de pratiques agricoles en lien avec la reconquête de la qualité de l’eau est un sujet qui met profondément en jeu les valeurs de chacun des acteurs conduisant à des tensions au sein des espaces de concertation. Il est donc important de pouvoir construire les conditions favorables à la mise en débat des questions et intégrer les différentes dimensions qui interviennent :

> la complexité du changement en agriculture : Les exploitations agricoles s’adaptent en permanence au contexte (climat, économie, …). Il est important d’analyser le fonctionnement global de l’agriculture (sans isoler la pratique de l’agriculteur) en intégrant les dynamiques sociales et économiques qui font intervenir de nombreux acteurs.

> les spécificités territoriales, ainsi, il est complexe d’apporter des réponses qui soient valables sur l’ensemble du territoire breton. Les connaissances doivent être co-construites avec les acteurs.

> La nécessité de formuler le problème en des termes « traitables » par chacun des acteurs. Le fait que les enjeux soient partagés et que les solutions soient connues ne signifie pas que les problèmes sont formulés en des termes traitables par l’ensemble des acteurs sur un bassin versant : un problème formulé du point de vue environnemental n’est pas nécessairement un problème traitable pour les agriculteurs. Le « changement » n’est pas un but en soi mais il est posé par rapport à un problème que l’on souhaite résoudre. Dans le cadre de la reconquête de la qualité de l’eau, le problème est posé d’un certain point de vue. Ainsi, chaque acteur doit reformuler les enjeux en des problèmes qui soient traitables de manière opérationnelle.

> L’importance des réseaux de dialogues. Le changement passe par l’appui à la démarche de résolution de problème. La résolution de problème est une activité de réflexion (« quoi faire et comment le faire ? ») qui s’inscrit dans un système de normes partagé (culture technique locale) et qui peut s’appuyer sur différents lieux de dialogue. L’acteur du changement est le « collectif » et non pas chaque agriculteur individuellement. Est ainsi mis en avant l’importance des réseaux de dialogues, entre les agriculteurs eux-mêmes et avec les autres acteurs de la société (les relations, les dynamiques). Il apparaît donc fondamental :

1- d’identifier les lieux où se discute le changement,
2- de construire des lieux de discussion, de débat et de coopération entre les acteurs d’un même territoire,
3- de réfléchir aux méthodes d’animation au sein de ces lieux et la manière de conduire la discussion.

> La prise en compte des filières amont-aval
Il semble essentiel de ne pas se focaliser uniquement sur les exploitants agricoles et d’impliquer les filières amont/aval. Les interrogations soulevées : où se situe le pouvoir d’influence et de décision ? Quelles sont les logiques des filières amont-aval ? Quels sont/seront les influences respectives des acteurs des filières amont-aval.

Dans le cadre des travaux du Creseb, ces approches sociologiques ont été abordées sous deux angles :

Les dynamiques de changement en agriculture - synthèse des connaissances scientifiques

Creseb / Université Rennes 2

 

Rencontres-ateliers de juin 2013 - Atelier 1

Animation : Alix Levain (MNHN - Inra)

 

Objectifs :

Les présentations et échanges lors de cet atelier ont permis au travers de retours d’expérience de territoires et de présentations de résultats scientifiques :

> d’éclairer sur les facteurs sociologiques intervenant dans le changement en agriculture et également d’identifier des pistes pour favoriser la mise en œuvre sur les bassins versants de dynamiques d’intéressement de tous les acteurs du territoire favorables à la reconquête de la qualité de l’eau 

> de mettre en avant l’importance du partage de la problématique et de la construction d’un langage commun : quelle est ma représentation de la qualité de l’eau ? Quelle est la représentation des autres ? Que veulent-ils dirent ? Comment formulons-nous une problématique partagée qui n’oublie personne ? A quel prix partage-t-on ces représentations ? La qualité de l'eau passe-t-elle par d'autres points de vue plus larges (biodiversité, plus généralement services des écosystèmes, santé et environnement,...) ? 

 

Synthèse des échanges lors de l'atelier [+ d'infos]

 

Déroulé de l’atelier :

Les facteurs du changement de pratiques en agriculture  - La négociation dans les approches environnementales

Intervenante : V. Van Tilbeurgh (Université Rennes 2) [> présentation]

 

Lecture sociologique des processus de changement : questions et enseignements pour l’action

Intervenante : C. Ruault (GERDAL) [> présentation]

 

Faciliter les évolutions vers les systèmes herbagers économes – Projet PRAIFACE

Intervenants : B. Drouin / J.M. Lusson (Réseau Agriculture Durable) [> présentation]

 

Diagnostic socio-agricole du bassin versant de la Seiche pour accompagner le programme d’actions

Intervenants : M. Demolder et S. Garnier (Syndicat Intercommunal du Bassin Versant de la Seiche - SIBVS)  [> présentation]

 

[> retour au programme des rencontres ateliers]

 L'espace exposition des rencontres-ateliers [+ d'infos]