Sélectionner une page

Mobilisation des acteurs autour des opérations de restauration de la morphologie des cours d’eau

Si la restauration morphologique des cours d’eau est nécessaire pour l’atteinte du « bon état » des milieux aquatiques, la mise en œuvre de travaux ambitieux est complexe. En effet, ces travaux impliquent une intervention non seulement sur le cours d’eau mais également sur les parcelles le plus souvent privées, qu’il traverse. Ces opérations modifient potentiellement les usages et le paysage en place, touchant de manière plus générale au fonctionnement et à l’identité du territoire. Par ailleurs, les opérations de restauration visent à une plus grande autonomie de la rivière (plus qu’une maîtrise) et les effets de ces opérations sont incertains. Il est en effet complexe de prévoir le comportement de la rivière suite à ces opérations.

Une mise en œuvre efficace des travaux passe donc par des phases de coopération et de négociation pour aboutir à un accord avec les acteurs concernés et, ce faisant, enrichir la pertinence technique du projet.

Tout l’enjeu est donc de parvenir à élargir le cercle des acteurs intéressés aux projets, soulever les réticences, faire comprendre la démarche et cela dans un souci de pérennisation dans le temps de la nouvelle rivière.

La mobilisation des acteurs des territoires et des élus autour des opérations de restauration des cours d’eau – apport de la recherche et retours d’expériences - CGLE 2018

 

Ce séminaire visait à présenter et mettre en débat les résultats de travaux de recherche en sciences sociales, de guides techniques et de retours d’expériences afin d’identifier des pistes pour mobiliser des élus et acteurs des territoires autour de projets ambitieux de restauration des cours d’eau

Vers une vision partagée des cours d'eau dans les projets de restauration morphologique.
Rapport de stage de Master 2 - Camille B, Agrocampus Ouest

 

Les projets de restauration morphologique sont aujourd'hui engagés sur les territoires bretons, avec comme objectif général l'atteinte du « bon état » des milieux aquatiques, fixée par la DCE.

Cependant, les gestionnaires se retrouvent confrontés à différents obstacles, notamment la maîtrise foncière. En effet, 90 % des espaces à restaurer sont situés sur des parcelles privées. Ces opérations s'inscrivent alors dans un cadre réglementaire, soumis à DIG et amènent à mobiliser des acteurs concernés, souvent de loin, par la question : les élus locaux et les riverains. De plus, le changement que suscitent ces projets sur les usages et les paysages, pose la question de l'acceptation de l'opération.

Dès lors, il devient nécessaire d'engager un dialogue avec les différentes parties prenantes et de démontrer l'intérêt du projet tout en tenant compte du contexte local sociologique, économique et culturel.

Ce travail a été l’occasion de questionner des facteurs qui contribuent à la sensibilisation et la mobilisation des élus locaux et des riverains dans ces projets. Un retour d'expérience sur 5 sites d'études à l'échelle de la Bretagne dans des contextes différents a permis de mieux appréhender le déroulé de ces projets, leurs déterminants et leurs enjeux.

L’analyse de ces sites d’étude traite 3 volet de travail qui concernent d’une part le déroulement du projet avec notamment un regard porté sur la négociation et l’argumentation, et d’autre part l’ancrage territorial des structures porteuses de projet. Enfin, le troisième volet concerne les perceptions et les représentations.

L’ensemble de ces éléments a fait émerger des pistes de réflexion et des préconisations à prendre en compte pour parvenir à construire une vision partagée des cours d’eau.

 

Eléments bibliographiques

Des guides pour apporter un regard des sciences sociales et accompagner

L’Onema et les Agences de l’eau (AELB, AESN, AERMC) avec l’aide du bureau d’étude AScA (http://www.asca-net.com/) ont travaillé sur ce thème et élaborer des guides pour développer des projets de restauration des cours d’eau.

> Regards des sciences sociales sur la mise en oeuvre des politiques de l'eau - Narcy, 2014

> L’Onema a publié un guide qui mobilise les approches en sciences humaines et sociales pour accompagner l’émergence des projets de restauration hydromorphologique : Comment développer un projet ambitieux de restauration d'un cours d'eau ? Retours d’expériences en Europe, un point de vue des sciences humaines et sociales - Asca, Onema, février 2014

> L’AELB et l’AERMC ont élaboré des guides ont notamment été élaborés pour aider les acteurs de la gestion de l’eau sur les territoires dans leur conduite de projet :

- Guide technique : Restaurer et préserver les cours d’eau - Restauration hydromorphologique et territoires - Concevoir pour négocierAERMC, avril 2011

- Restauration des cours d’eau : communiquer pour se concerterAELB, 2011

> Les demandes sociales de restauration des rivières et leurs traductions scientifiques et politiques - Bouleau et Barthélémy, 2007