Sélectionner une page

Résidus de pesticides dans les sols agricoles européens – une réalité cachée dévoilée

L’utilisation de pesticides est un pilier de l’intensification agricole observée ces dernières décennies. Par conséquent, la contamination des sols par les résidus de pesticides est devenue un problème d’importance croissante du fait de leur forte rémanence dans les sols et leur toxicité envers les espèces non ciblées. Cette étude a évalué la répartition de 76 résidus de pesticides dans 317 échantillons de sols agricoles répartis dans toute l’Union Européenne. Les échantillons de sols ont été prélevés en 2015, proviennent de 11 Etats membres et recouvrent 6 principaux systèmes de culture. Plus de 80 % des sols analysés contenaient des résidus (25 % des échantillons contenaient 1 résidu, 58 % contenaient des mélanges de 2 molécules ou plus), sur un total de 166 mélanges différents de pesticides identifiés. Le glyphosate et son métabolite l’AMPA, la famille des DDTs (DDT et ses métabolites) et les fongicides à large spectre boscalid, epoxiconazole et tebuconazole sont les molécules les plus fréquemment retrouvées dans les échantillons de sol, et les molécules analysées avec les plus fortes concentrations. Ces molécules sont observées ponctuellement au-dessus de leurs concentrations prévisibles dans l’environnement pour le sol, mais restent sous les seuils de toxicité pour les organismes du sol. La teneur maximale observée dans un échantillon de sol pour une molécule seule est de 2.05 mg.kg-1 et la teneur maximale totale en pesticides mesurée est de 2.87 mg.kg-1. Cette étude démontre que la présence de mélanges de résidus de pesticides dans les sols constitue la règle plutôt que l’exception, et prône pour une adaptation des procédures d’évaluation du risque environnemental dans le but de minimiser les risques induits pour la vie du sol et au-delà. Ces résultats peuvent être utilisés pour guider des campagnes de suivi des résidus de pesticides dans le sol, et incitent à développer des évaluations de la toxicité de mélanges de résidus de pesticides sur une gamme plus large d’espèces vivant dans le sol, afin de conduire des évaluations de risque environnemental plus complètes et plus précises.

Auteurs : Vera Silva a, Hans G.J. Mol b, Paul Zomer b, Marc Tienstra b, Coen J. Ritsema a, Violette Geissen
Type : Publication
Date de parution : février 2019
Lien : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969718343420?via%3Dihub