Centre de Ressources et d’Expertise Scientifique sur l’Eau de Bretagne

Atelier transfert au CGLE2012

Le Creseb présent à la 13ème édition du Carrefour des Gestions Locales de l’eau – les 25 et 26 janvier 2012

« La gestion intégrée de l’eau, un nécessaire partage des connaissances… » Tel était l’intitulé de l’atelier organisé par le Creseb jeudi 26 janvier et présidé par René Régnault, Sénateur honoraire, Président de la CLE du SAGE Rance Frémur Baie de Baussais et du Syndicat Mixte de la Rance, Président du Creseb.

Cet atelier était l’occasion pour le GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) récemment créé, de partager des méthodes de travail et des expériences de construction et diffusion des connaissances avec l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, l’Onema, le GIP Seine Aval, le GIP Bretagne Environnement et l’association CAP 2000 qui oeuvrent également dans ce domaine.

Face aux objectifs d’atteinte du bon état écologique des eaux et des milieux aquatiques à l’horizon 2015, et de gestion équilibrée de la ressource, les acteurs de la GIEBV sont au centre de l’action et doivent développer une approche intégrée et transversale de la problématique eau, en associant les élus locaux, les agriculteurs, les entreprises, les associations, les citoyens,… Les Commissions Locales de l’Eau ont en ce sens de lourdes responsabilités pour élaborer et mettre en oeuvre des documents de planification : les SAGE.

La tâche peut paraître ardue face à la multitude de paramètres à prendre en compte tant sur le plan environnemental que social et économique, et à la diversité des acteurs en présence qui se forgent tous une expérience en consolidant leurs connaissances de terrain. Les visions des différents groupes d’acteur qui peuvent être tantôt convergentes tantôt divergentes, façonnent le débat public.

Au cours de cet atelier les présentations des différents intervenants ont notamment montré qu’il existe un grand nombre de producteurs de données et d’organismes transférant des connaissances à l’origine d’une « prolifération » de données.

Face à ces constats, les questions posées sont :


> comment s’y retrouver dans tout cela ?


> comment les connaissances sont elles produites, validées, transférées ?


> si elles permettent de répondre à des points précis, sont-elles pertinentes pour l’action publique ? Comment peuvent-elles être appréhendées pour servir efficacement la prise de décision dans le domaine de l’eau ?

Publié le 30 mars 2012

Ceci pourrait vous intéresser