Centre de Ressources et d’Expertise Scientifique sur l’Eau de Bretagne

Capacité productive de la biodiversité dans les fermes en polyculture-élevage du Nord-Ouest de la France : un système primal multi-produit

<div style=”clear:both !important;height:15px;”></div>

Capacité productive de la biodiversité dans les fermes en polyculture-élevage du Nord-Ouest de la France : un système primal multi-produit

 

Il est largement reconnu que les activités humaines et notamment l’agriculture ont des impacts négatifs sur la biodiversité. Cependant, la biodiversité peut également bénéficier aux agriculteurs par ses effets positifs sur la production. Cette double relation de causalité entre la biodiversité et l’agriculture a conduit certains auteurs à examiner le comportement des agriculteurs vis-à-vis de l’environnement. […] Dans cet article, nous estimons les fonctions de production primales des céréales et du lait sur un échantillon de fermes mixtes de l’ouest de la France. Notre échantillon est composé de 3984 observations du RICA de 2002 à 2014 dans les régions Bretagne, Basse-Normandie et Pays-dela- Loire. Nous estimons la capacité productive de la biodiversité en prenant en compte les biais d’endogénéité liés à l’application des intrants variables et la spécificité technologique conjointe. En utilisant la Méthode des Moments Généralisés, nous estimons les deux fonctions de production log-linéaire où nous instrumentons les intrants variables par leurs fonctions de demande. Nous mesurons la biodiversité grâce à l’utilisation d’indicateurs métriques de composition du paysage. Nous examinons l’effet de deux types de biodiversité : la biodiversité des terres arables et la biodiversité des prairies permanentes. Nos résultats préliminaires semblent confirmer les résultats antérieurs de la littérature sur la capacité productive de la biodiversité des terres arables sur les céréales. Pour la première fois dans une étude d’économique empirique, nous constatons que les prairies permanentes améliorent le rendement céréalier. D’autre part, la production laitière est moins sensible à la biodiversité. La capacité productive de la biodiversité influe également sur la productivité des intrants variables. Nos résultats peuvent être utiles aux décideurs publiques, car ils apportent de nouvelles connaissances sur la gestion de la biodiversité par les agriculteurs.

 

Auteurs : François Bareille, Pierre Dupraz

Type : Acte de colloque

Date de parution : 8 décembre 2016

Lien : http://www.sfer.asso.fr/journees_de_recherches_en_sciences_sociales/10es_jrss_2016_paris/actes_des_jrss_2016

Publié le 9 juin 2017

Ceci pourrait vous intéresser