Centre de Ressources et d’Expertise Scientifique sur l’Eau de Bretagne

Etat des lieux des connaissance – Q23

Comment estimer a priori la contribution de chaque type d’action mise en oeuvre, en fonction de sa localisation sur un territoire donné, à la diminution des flux sortants ?

> Les questions

> comment estimer l’impact d’un changement de pratiques agricoles sur les fuites en nitrates à l’échelle de la parcelle ? de l’exploitation ? d’un bassin versant ?

> comment estimer la contribution des zones tampons (éléments du paysage et zones humides) à l’abattement des flux en nitrates à une échelle locale ? à l’échelle d’un bassin versant ?

> quelle priorisation / hiérarchisation des différents types d’actions en fonction de leur impact sur les fuites en nitrates (réduction ou abattement) ?

> Les réponses : « Productions » existantes pour répondre à ces questions – synthèses

> synthèse détaillée

A – Documents de synthèses : impact du changement de pratiques et des structures de paysages [+ d’infos]

Différents documents synthétisent des résultats d’études permettant d’évaluer les pertes d’azotes à différentes échelles en lien avec les pratiques agricoles et les éléments de paysage (zones humides notamment) :

> l’expertise scientifique collective conduite par l’INRA (2012) synthétise les résultats d’études permettant d’évaluer les flux d’azote selon les systèmes fourragers et de cultures associés à l’élevage,

> le document élaboré dans le cadre de la journée de synthèse scientifique (2012) présente des références pour comprendre et limiter les fuites d’azote à la parcelle,

> des fiches actions élaborées au niveau européen (COST Actions 869 – 2011) décrivent 80 mesures pouvant être mises en œuvre, permettant de réduire les pertes de nutriments en direction des eaux,

> le rapport produit dans le cadre du programme « Prolittoral » (2006) propose une synthèse des références applicables au contexte breton concernant les pratiques agricoles, les fuites de nitrates et la qualité de l’eau dans les bassins versants,

> les connaissances scientifiques compilées dans le cadre du développement de l’outil Territ’eau fournissent des éléments de réponse intéressants concernant l’impact en terme de fuites en nitrates de la rotation des cultures, des pratiques de fertilisation et du contexte pédo-climatique.

B – Les résultats d’études mises en œuvre sur des BV bretons [+ d’infos]

Par ailleurs, un certain nombre d’études ont été réalisées ou sont en cours qui peuvent fournir des éléments des réponses aux questions posées parmi lesquelles, l’expertise collective relative au CIPAN (INRA, 2012 > lien), les travaux conduit par L. Sorel sur le BV du Naizin (56) (UMR SAS, 2008), les travaux de Tournebize et al. (2011) ou O. Montreuil (UMR SAS) relatifs à l’efficacité des zones humides, les travaux de l’Irstea (ex. Cemagref) et du Brgm (2007) concernant le rôle actuel et le potentiel des linéaires boisés (protecteur ou épurateur).

C – Les programmes de recherche [+ d’infos]

Enfin des programmes de recherche s’inscrivent dans le cadre du groupe technique national « protection des captages vis-à-vis des pollutions diffuses» piloté par l’ONEMA, pour aider à l’optimisation des actions, définir une méthodologie de choix d’actions pertinentes ou évaluer l’efficacité des actions en terme de qualité de l’eau.

D – Les modélisations agro-hydrologiques mises en œuvre sur des BV bretons [+ d’infos]

Les modélisations mises en œuvre ou en cours sur certains bassins versants bretons permettent d’évaluer l’impact de scénarios d’amélioration des pratiques agricoles sur les flux et concentrations en nitrates à l’exutoire. P. Durand indiquait dans un colloque en 2004 :

> il existe de nombreux modèles pour évaluer ex post ou ex ante les effets de mesures de réduction de la pollution diffuse nitrique sur l’évolution de la qualité des eaux,

> les limitations actuelles de la modélisation se situent au niveau des données nécessaires à mettre au point et à appliquer aux modèles, tant en qualité qu’en quantité,

> il serait intéressant de trouver une “voie moyenne” entre les modèles très complexes et les approches ultra simplifiées pour fournir des outils de modélisation d’aide à l’action environnementale.

Différents modèles ont été utilisés sur des BV Bretons (ou sont en cours d’utilisation) qui permettent d’évaluer l’impact d’une évolution des pratiques agricoles sur la qualité des eaux à l’exutoire. Parmi les travaux les plus récents, la thèse de P. Moreau permettant notamment de tester les conséquences de scénarios d’évolution de systèmes agricoles sur les flux d’azote.

< retour

Publié le 10 janvier 2013

Ceci pourrait vous intéresser