Centre de Ressources et d’Expertise Scientifique sur l’Eau de Bretagne

Origine et usages de la notion de services écosystémiques : éclairages sur son apport à la gestion des hydrosystèmes

<div style=”clear:both !important;height:15px;”></div>

Origine et usages de la notion de services écosystémiques : éclairages sur son apport à la gestion des hydrosystèmes

La popularité considérable de l’expression « services écosystémiques » rend nécessaire un travail fin de délimitation de ses domaines de validité. Il convient ainsi de s’interroger sur la vocation d’une telle notion, mais aussi sur ses effets réels en matière de gestion des milieux naturels. L’objet de cette contribution est de discuter les apports et les limites que la notion de services écosystémiques représente pour la gestion des cours d’eau. L’analyse de la généalogie et de la diffusion de cette notion d’origine scientifique montre comment d’un compromis métaphorique elle est en passe de devenir un dispositif (dans le sens de Foucault) de gouvernementalité. Dire cela limite forcément le périmètre de validité des services écosystémiques : inventée pour convaincre certains acteurs à certaines échelles scalaires (notamment celle de gouvernance internationale), cette notion n’a pas forcément une portée universelle, parfaitement applicable en tous lieux. Concrètement, l’étude de la littérature et de retours d’expériences permet d’identifier au moins trois usages de la notion : un usage de sensibilisation globale (celui de son origine), un usage d’animation démocratique et d’aide à la décision et un usage de financement des actions de gestion ou de restauration. De fait, l’apport effectif de la notion est pour l’instant encore limité et son apport potentiel est contraint notamment par des raisons techniques de difficulté d’évaluation des services rendus par les écosystèmes fluviaux. En effet, si les usages de dimension pédagogique semblent pertinents, la plus-value des usages s’appuyant sur une caractérisation plus poussée des services écosystémiques (notamment quantitative, voire économique) peut être discutée.

Auteurs : Simon Dufour et Johan Oszwald, CNRS université de Rennes 2 – Xavier Arnauld de Sartre et Monica Castro, CNRS Université de Pau et des pays de l’Adour

Type : publication

Date de parution : août 2016

Lien : https://vertigo.revues.org/17435

Publié le 15 décembre 2016

Ceci pourrait vous intéresser