Programme exploratoire OneWater – Eau Bien Commun

Ressource | Projet de recherche, étude | Publié le 15 oct. 2021
Image -
Type : Programmes et équipements de recherche prioritaires (PEPR)
Début de projet : 2021
Durée : 10 ans
Pilotage : BRGM, le CNRS et l’INRAE
Financeurs : Quatrième programme d’investissements d’avenir (PIA4) et du plan France Relance (Relance)

Le programme OneWater Eau Bien Commun , co-piloté par le BRGM avec le CNRS et l’INRAE, est l’un des 4 PEPR exploratoires sélectionnés par le gouvernement lors du premier tour de l’appel à projets « Programmes et équipements de recherche prioritaires » (PEPR).

L’intensification des extrêmes hydrologiques, due au changement global, est un enjeu majeur pour nos sociétés du 21ème siècle, qui nécessite d’agir à tous les niveaux. L’eau est un bien commun, essentiel à la vie et au développement socio-économique.

La France a été l’un des premiers pays au monde à mettre en place une gouvernance de l’eau au niveau des bassins versants, mais l’hypothèse que tout pouvait se résoudre au niveau des bassins n’est plus considérée comme vraie. Les phénomènes mondiaux prennent le pas sur les conditions locales et de nouvelles questions émergent. Ces défis doivent être relevés par des approches plus intégrées, systémiques et multi-acteurs pour co-construire des solutions adaptées à un éventail de réalités différentes.

Outre les trois organismes pilotes (CNRS, BRGM et INRAE), le programme OneWater s’appuie également sur plusieurs partenaires : Ifremer IRD, Météo-France, Université de Bordeaux, Université de Lyon 1, Université de Montpellier (I-Site MUSE), Université de Grenoble-Alpes, Université de Rennes 1, Université de Strasbourg, Université de Toulouse Midi-Pyrénées.

6  défis scientifiques et techniques

D’une durée de 10 ans, le programme OneWater s’articule autour de 6 enjeux scientifiques et techniques majeurs :

  • Anticiper les évolutions des ressources en eau pour faciliter l’adaptation.
  • Développer l’idée d’une « empreinte eau » des processus environnementaux et des activités humaines.
  • Développer l’eau comme sentinelle de la santé de l’environnement et des sociétés humaines le long du continuum terre-mer.
  • Proposer des solutions pour favoriser l’adaptabilité et la résilience des systèmes socio-hydrauliques.
  • Accompagner la transition vers une nouvelle gouvernance des ressources pour une société durable et résiliente.
  • Partager les données sur l’eau pour la connaissance et l’action.