Vous êtes ici : www.creseb.fr/
PDF Imprimer Envoyer

Le mot des co-présidents est en cours d'écriture



Michel Demolder


Gérard Gruau



Le Centre de Ressources et d'Expertise Scientifique sur l'Eau de Bretagne (Creseb) fait le lien entre les acteurs de la recherche scientifique et les acteurs de la gestion intégrée de l’eau. Diffusion et mises en débat de connaissances, co‑constructions d’outils ou de méthodes, sont au cœur des projets pilotés par le Creseb. Il contribue à mobiliser au mieux la science et les scientifiques en faveur de l'action publique dans le domaine de l'eau.



                                      


 

Le Creseb, créé en 2011 à l'initiative de la Région Bretagne, est un Groupement d'Intérêt Scientifique (GIS) composé de 3 collèges : le collège des instances publiques, le collège des organismes scientifiques et le collège des acteurs de la gestion intégrée de l’eau par bassin versant.



                          


 

2016 marque le début d'une nouvelle convention de ce GIS avec des missions renforcées et l'implication de nouveaux acteurs dans la gouvernance :



Des missions renforcées


Ce nouveau cycle voit les missions du Creseb évoluer avec un rôle plus marqué d'appui scientifique aux territoires mais également à la politique régionale partenariale :


> en lien avec la nouvelle gouvernance de l'eau en Bretagne (Conférence Bretonne sur l’Eau et les Milieux Aquatiques, CBEMA [+ d'infos]), le Creseb contribue au volet « Acquisition et Partages de Connaissance » du Contrat de Projets Etat Région. Le bureau du Creseb apporte des éléments d'analyse aux financeurs des projets.


> le Creseb intervient désormais pour organiser l'appui scientifique au futur Plan de lutte contre les algues vertes.

 


De nouveaux acteurs impliqués dans la gouvernance


Depuis février 2016, le Creseb dispose d'un nouveau bureau  et est maintenant co-présidé par Michel Demolder (Président de la CLE du SAGE Vilaine) et Gérard Gruau (Directeur de Recherche au CNRS, membre de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes).


 

Une approche plus transversale


Les travaux engagés jusqu'à présent suivent une approche thématique. Il apparaît nécessaire de réfléchir également de façon transversale, en cohérence notamment avec la notion de gestion intégrée de l’eau et les projets de territoire en cours de construction sur les différents bassins versants bretons.

Pour cela, lors d'une réunion organisée début janvier, une réflexion structurée autour de 4 défis sociétaux a été conduite de manière collective avec les membres et partenaires du Creseb. Ce travail a permis de recenser des besoins transversaux d'acquisition et de partage des connaissances qui viendront guider les actions futures du Creseb [+ d'infos].


Mise à jour le Vendredi, 24 Juin 2016 09:26
 
PDF Imprimer Envoyer


Le Creseb et le CSEB se sont associés dans le cadre du séminaire"sciences et décision publique" lors du CGLE les 27 et 28 janvier 2016 au Parc des expositions de Rennes.


DES INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES au service de la GESTION DE L'EAU :

Drones et télédétection de proximité


Ces dernières années ont été caractérisées par des innovations technologiques sur le plan de l'imagerie, de l'acquisition et du traitement de l’information et de son utilisation pour la communication. De nombreuses applications en matière de drones et télédétection de proximité (proxidétection) émergent et semblent prometteuses pour améliorer la gestion des ressources en eau.


Qu'en est-il réellement ? Quelles sont ces nouvelles technologies et leurs champs d'application ? Quels sont leurs potentiels ? Leurs atouts et limites ?


Au travers de cet après-midi, il s’agit d’en présenter quelques innovations technologiques et de mettre en débat l’utilisation opérationnelle qui peut en être faite pour :


1/ la collecte d'information et la surveillance environnementale,

2/ l’agriculture de précision dans un objectif de préservation des ressources en eau.


[> le résumé et les vidéo]




De L’INCERTITUDE SCIENTIFIQUE à LA DECISION POLITIQUE


Les politiques de l’eau s’inscrivent dans un contexte de changement global. Le climat, mais aussi la croissance démographique, les évolutions économiques, l’urbanisation et l’occupation de l’espace impliquent pour le gestionnaire de la ressource en eau de prendre en compte l’ensemble de ces interdépendances, mais aussi de nombreuses incertitudes. Par exemple, dans le domaine de la modélisation climatique, plusieurs types d’incertitudes se cumulent en cascade : liées à l’action humaine (émissions de gaz à effet de serre), à la nature aléatoire du climat, aux incertitudes sur les données et aux limites des modèles.


L'incertitude fait partie intégrante de la science (variabilité des systèmes naturels, imprécision des mesures, lacunes dans les connaissances, etc.). Or, les décideurs attendent en général des réponses précises de la part des scientifiques pour pouvoir fonder leurs décisions. L'incertitude peut conduire à l'indécision ou à retarder la décision. Pourtant, dans bien des cas, même si les phénomènes scientifiques ne sont pas connus avec certitude, des prises de décision sont possibles.


L'objectif du séminaire était d'examiner comment, dans le cadre de travaux sur l’eau, les incertitudes sont appréhendées dans la démarche scientifique en tant que telle (partie 1) et dans la construction des politiques publiques (partie 2).


[> Le programme]




Mise à jour le Vendredi, 10 Juin 2016 07:41