Vous êtes ici : www.creseb.fr/
PDF Imprimer Envoyer
Edito
       



       





par Gilles PINAY

et

Michel DEMOLDER


Sous la présidence de René Régnault et Olivier Thomas, l’outil Creseb, initialement porté par l’Etat et la Région Bretagne, s’est concrétisé et déployé depuis sa création en 2011. Outre sa visibilité à l’échelle nationale, il est aujourd’hui reconnu par les différents acteurs de la gestion intégrée de l’eau dans l’espace régional. Depuis deux ans, les membres du Creseb, acteurs des territoires et acteurs scientifiques, se sont impliqués dans différents projets portant sur des thématiques prioritaires (gestion quantitative de la ressource en eau, flux d’azote, dimension socio-économique du changement en agriculture…). Ces projets vont faire l’objet d’une valorisation en 2014, notamment lors du Carrefour des Gestions Locales de l’Eau.


Comme l’ont montré les réflexions et travaux réalisés au cours des deux dernières années, il existe un véritable enjeu à travailler sur les coopérations entre acteurs des territoires et acteurs scientifiques. Dans la continuité, les prochaines actions devront viser la mise en débat des connaissances - tout acteur étant détenteur de savoirs - et l’appropriation des résultats, mais aussi la gestion de l’incertitude entourant ces résultats scientifiques, en lien avec les outils de mesures, les modèles, etc.


L’année 2014 représente une année charnière pour le Creseb. Lors de cette année de transition, seront définies les grandes orientations de la future politique de l’eau dans le cadre de la contractualisation CPER 2014-2021, portées par une gouvernance régionalisée et partenariale dans laquelle le Creseb devra trouver sa juste place.


En prenant la présidence, nous avons la volonté de conforter le positionnement du Creseb dans la politique de l’eau, de développer son rôle de transfert auprès des acteurs territoriaux de la gestion intégrée de l’eau, et d’en accentuer la lisibilité en s’appuyant notamment sur une simplification de son fonctionnement.


Nous avons pu apprécier, en tant que membres de bureau, l’ampleur des enjeux liés à la qualité et la disponibilité de la ressource en eau, les fortes demandes d’accompagnement exprimées par les acteurs locaux et régionaux et leur volonté commune de résoudre de manière concertée les problèmes auxquels nous sommes confrontés. Le Creseb, structure certes récente, a déjà montré qu’il constituait une véritable interface entre les sciences et l’action et qu’il pouvait apporter des solutions originales, concertées et acceptables pour améliorer la gestion et la protection des ressources en eau de la Bretagne. C’est donc avec plaisir et engagement que nous porterons l’outil Creseb au cours des deux prochaines années.


Gilles PINAY

Directeur de l'Observatoire

des Sciences de l'Univers de Rennes

Président du Creseb

             

Michel DEMOLDER

Président de la Commission Locale de l'Eau

du SAGE Vilaine

Vice-président du Creseb


Mise à jour le Vendredi, 24 Janvier 2014 14:27
 
PDF Imprimer Envoyer
  

      

[> Programme du CGLE]

    Deux ateliers


"sciences et décision publique"


co-organisés


par le Creseb et le CSEB


Le Creseb et le CSEB s'associent dans le cadre du séminaire "sciences et décision publique" lors du prochain CGLE les 27 et 28 janvier 2016 au Parc des expositions de Rennes.



Le 1er séminaire a eu lieu le mercredi 27 janvier 2016 de 14h à 18h30. Il était intitulé :


DES INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES au service de la GESTION DE L'EAU :

Drones et télédétection de proximité


Ces dernières années ont été caractérisées par des innovations technologiques sur le plan de l'imagerie, de l'acquisition et du traitement de l’information et de son utilisation pour la communication. De nombreuses applications en matière de drones et télédétection de proximité (proxidétection) émergent et semblent prometteuses pour améliorer la gestion des ressources en eau.


Qu'en est-il réellement ? Quelles sont ces nouvelles technologies et leurs champs d'application ? Quels sont leurs potentiels ? Leurs atouts et limites ?


Au travers de cet après-midi, il s’agit d’en présenter quelques innovations technologiques et de mettre en débat l’utilisation opérationnelle qui peut en être faite pour :


1/ la collecte d'information et la surveillance environnementale,

2/ l’agriculture de précision dans un objectif de préservation des ressources en eau.


[> Le programme]



Le 2nd séminaire le jeudi 28 janvier 2016 de 9h30 à 13h a parlé :


De L’INCERTITUDE SCIENTIFIQUE à LA DECISION POLITIQUE


Les politiques de l’eau s’inscrivent dans un contexte de changement global. Le climat, mais aussi la croissance démographique, les évolutions économiques, l’urbanisation et l’occupation de l’espace impliquent pour le gestionnaire de la ressource en eau de prendre en compte l’ensemble de ces interdépendances, mais aussi de nombreuses incertitudes. Par exemple, dans le domaine de la modélisation climatique, plusieurs types d’incertitudes se cumulent en cascade : liées à l’action humaine (émissions de gaz à effet de serre), à la nature aléatoire du climat, aux incertitudes sur les données et aux limites des modèles.


L'incertitude fait partie intégrante de la science (variabilité des systèmes naturels, imprécision des mesures, lacunes dans les connaissances, etc.). Or, les décideurs attendent en général des réponses précises de la part des scientifiques pour pouvoir fonder leurs décisions. L'incertitude peut conduire à l'indécision ou à retarder la décision. Pourtant, dans bien des cas, même si les phénomènes scientifiques ne sont pas connus avec certitude, des prises de décision sont possibles.


L'objectif du séminaire était d'examiner comment, dans le cadre de travaux sur l’eau, les incertitudes sont appréhendées dans la démarche scientifique en tant que telle (partie 1) et dans la construction des politiques publiques (partie 2).


[> Le programme]


                 
     


Mise à jour le Mercredi, 24 Février 2016 12:35