Centre de Ressources et d’Expertise Scientifique sur l’Eau de Bretagne

CST du 18 nov 2015 – Suivi de la qualité de l’eau

Regard croisé des acteurs scientifiques et des acteurs des territoires sur les outils et méthodes de mesure de la qualité de l’eau développés par la recherche : quelle opérationnalité pour l’évaluation et l’action ? – Mercredi 18 novembre 2015 à Naizin

Le suivi de la qualité de l’eau en Bretagne

En 2015, le protocole régional de suivi de la qualité de l’eau a fait l’objet d’une révision associant les partenaires institutionnels, les acteurs de la recherche et des représentants des animateurs de SAGE et BV. Ce protocole vise à satisfaire les besoins locaux et régionaux pour mieux connaître l’évolution de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques en Bretagne. Les résultats de ce suivi sur les bassins versants sont ensuite bancarisés par la DREAL Bretagne et valorisés par l’Observatoire de l’Eau.

L’intérêt des outils de la recherche pour le suivi et du suivi pour mobiliser les acteurs du territoire

Des équipes de recherche utilisent des instruments métrologiques et de traitement des données permettant de fournir des informations complémentaires pour mieux comprendre les dynamiques des nutriments et de leurs différentes formes.

Ces résultats peuvent s’avérer pertinents pour les acteurs de terrain pour aider à lier les actions mises en œuvre sur le territoire et les évolutions observées. Il est donc intéressant de s’interroger sur ce que peuvent apporter sur le plan opérationnel les méthodes et outils de suivi développés par les équipes de recherche.

Outre ces aspects techniques du suivi de la qualité de l’eau, l’implication des acteurs du changement dans ce suivi peut également être questionnée pour faire évoluer les pratiques. Comme le rappelle le Conseil Scientifique de l’Onema, la surveillance, depuis la production des données jusqu’à la diffusion des résultats, constitue un volet majeur et déterminant de la politique de l’eau et des milieux aquatiques au service des décideurs et des citoyens et qu’elle n’est pas réservée aux seuls techniciens [1]. Cela renvoie par exemple aux réseaux d’observation participative tel que le réseau Ecoflux [2] qui implique les élèves de lycées agricoles dans le suivi de la qualité de l’eau sur certains bassins versants du Finistère. Il est donc intéressant de s’interroger sur la manière dont le suivi de la qualité de l’eau peut être mobilisé à des fins de sensibilisation, de gouvernance, d’implications des acteurs, …

[1] http://www.onema.fr/IMG/pdf/Saisine-surveillance-CS-Onema12-04-2013.pdf

[2] http://www-iuem.univ-brest.fr/ecoflux

Objectifs de la journée

Au regard de ces éléments, cette journée vise à présenter et mettre en débat :

  1. l’intérêt de méthodes et techniques de suivi de la qualité des cours d’eau actuellement développées au sein d’établissements de recherche et de discuter de la portée opérationnelle de ces travaux;
  2. le rôle que peut jouer le suivi de la qualité de l’eau pour impliquer des acteurs du territoire.

Temps 1 : Présentation de l’existant et des besoins des territoires

Suivi de la qualité de l’eau, bancarisation et valorisation des données de suivi dans le cadre du protocole régional

Quels questionnements des territoires en matière de suivi de la qualité de l’eau ?

Temps 2 : Présentation d’outils et travaux de la recherche

Quels sont les apports de la recherche au suivi des nutriments dans les cours d’eau et à l’interface terre-mer en Bretagne ? Quels aspects opérationnels sont associés à ces outils et travaux de recherche ?

[présentations sur la méthode, les résultats, les contraintes de mise en œuvre à plus large échelle : coût, technologie, …]

Le suivi de la qualité des eaux de surface et souterraine en bassin versant agricole : les instruments, l’analyse des données pour la gestion (bilan, proxy,…)

Les outils de mesure des matières en suspension

Une expérience de mesures à haute fréquence dans le suivi des flux de nutriments sur deux bassins algues vertes

Evolution long-terme des métriques (concentrations et flux) de qualité des cours d’eau (données, méthodes, incertitudes, significativité … )

  • Intervenante : Florentina MOATAR – Université de Tours, UFR Sciences et techniques, laboratoire Géhco   [> Diaporama présentation]

Temps 3 : Présentation de réseaux d’observation participative

La compréhension et modélisation des sources de pollution de l’eau ayant mobilisé des élèves d’école primaire

Ce travail a alimenté la thèse de Aziz Assad. Il a fait l’objet d’un montage vidéo par l’association “la vigie de l’eau”.

Mieux comprendre l’évolution des variables nitrates, phosphates et silicates grâce à une démarche de sciences participatives

Temps 4 : Travail en ateliers s’appuyant sur les interventions ci-dessus

Ce temps de travail collectif, par petits groupes (mixtes entre chercheurs et acteurs de terrain) s’appuie sur les interventions précédentes et les expériences de chacun avec pour objectifs de mettre en débats différents sujets :

Atelier n°1 « nouvelles techniques et connaissances issues de la recherches ». Cet atelier visait à discuter des méthodes, techniques et protocoles de suivi de la qualité des cours d’eau actuellement développées au sein des établissements de recherche. Il s’agissait de faire le point sur leur intérêt opérationnel, leurs contraintes de mises en œuvre et d’imaginer la manière de les mobiliser pour faire évoluer le suivi de la qualité de l’eau en Bretagne.

Atelier n°2 « la mesure pour mobiliser ». Cet atelier visait à discuter les motifs actuels de la mesure et la manière d’utiliser la mesure pour mobiliser les acteurs. Comme le rappelle le Conseil scientifique de l’ONEMA, le suivi de la qualité de l’eau peut être mobilisé à des fins autres notamment comme un outil de suivi et de gouvernance de la politique de l’eau sur le territoire.

Atelier n°3 « les sciences participatives ». Cet atelier visait à traiter de l’implication du public dans le suivi de la qualité de l’eau. Les sciences participatives sont une modalité de collecte des données et d’implication du public à laquelle recourent les scientifiques. L’atelier vise à s’interroger sur le rôle que peuvent jouer les approches participatives dans le domaine du suivi de la qualité de l’eau, à la fois par rapport à la collecte de données, mais aussi en matière d’implication du public.

Temps 5 : Visite de terrain

Cette journée s’est déroulée à proximité de l’Observatoire de Recherche en Environnement (ORE) qui a pour objectif d’étudier les temps de réponse des flux hydrogéochimiques à l’évolution des agro-hydrosystèmes. Ce bassin versant est localisé sur la commune de Naizin (56). Des informations complémentaires sont disponibles sur le site : http://www6.inra.fr/ore_agrhys

Publié le 10 juin 2015

Ceci pourrait vous intéresser